Revenir au site

Les différents protocoles de désinfection sanitaire

Qu’est-ce qu’une désinfection sanitaire?

La désinfection est une opération essentielle que chaque ambulancier doit être en capacité de réaliser quotidiennement. Cette opération doit être mise en œuvre suivant certaines étapes bien précises.

La désinfection est une opération de suppression volontaire et momentanée de certains germes dans l’objectif de stopper ou prévenir le risque d’infection par des micro-organismes ou virus pathogènes ou indésirables.

La désinfection implique d’éliminer ces micro-organismes ou d’inactiver les virus pathogènes de milieux contaminés en modifiant leur structure ou en inhibant leur métabolisme ou certaines de leurs fonctions vitales.

Description d'une désinfection simple

Elle doit être réalisée entre chaque transport de patient. Elle consiste à changer la literie : draps tissus ou papier. Cette literie sera ôtée et confinée dans un sac scellé pour limiter la propagation des germes et/ou micro-organismes. Le brancard sera désinfecté à l’aide d’un détergent désinfectant et d’une lingette en prenant soin d’utiliser des gants à usage unique et respecter les consignes d’utilisation du produit.

Ces consignes sont propres à chaque fabricant (temps de d’application, dilution, etc.). L’essuyage se fera en suivant le trajet de la lettre 's' afin éviter la contamination d’une zone nettoyée vers une autre. Chaque élément ayant pu entrer en contact avec le patient sera désinfecté (poignée, barrière, parois de l’ambulance…). Cette même procédure devra être appliquée pour tout matériel utilisé lors de l’intervention : collier cervical, appareil de mesures etc…

La lingette et les gants utilisés seront jetés dans un sac fermé destiné à être évacué dès le retour de l’ambulance dans son local ou dans la structure de soin.

Description d'une désinfection quotidienne

Cette opération est à réaliser chaque jour, dès la fin des transports, au moment de ranger l’ambulance ou bien entre chaque changement d’équipage jour-nuit. La même méthode de désinfection simplifiée devra être appliquée sur l’ensemble des matériels : brancard, parois, cabine . Chaque élément ayant pu rentrer en contact avec l’ambulancier ou le patient doit être nettoyé.

Cette opération sera complétée par une opération de nettoyage des sols. La technique des deux seaux, rouge et bleu, bien connue des ambulanciers sera appliquée.

Le seau rouge sera rempli d’eau additionnée du détergent désinfectant. On verse toujours dans cet ordre : l’eau puis le produit. Le taux de dilution du produit, recommandé par le fabricant devra être respecté. Il ne faut en aucun cas augmenter ce taux. Ne pas respecter ces recommandations, à la hausse comme à la baisse, entrainerait une diminution voire une inefficacité du produit.

Lorsqu’on utilise une lingette, on la trempe dans le seau de produit (seau rouge) puis on applique le produit du propre vers le sale comme vu précédemment (schéma en S). On ne revient pas sur une zone nettoyée afin d’éviter de la re-contaminer. La lingette est ensuite rincée dans le seau bleu pour éliminer les germes et les saletés avant de la tremper dans le seau de solution désinfectante. Une fois réalisée la désinfection des parois et des matériels, on finit par un balayage humide des sols. Il faut commencer par aspirer les saletés avec l’aspirateur. On conservera le moteur de l’appareil hors de la l’ambulance pour éviter la contamination par les poussières produites par le moteur et les filtres.

nettoyage de l'ambulance

Les ambulances ont des revêtements intérieurs lavables et résistants aux méthodes usuelles de désinfection. Pour les VSL, les garnitures intérieures sont également lavables et résistantes aux procédés classiques de désinfection.

La désinfection hebdomadaire avec brumisation

Elle suit le même principe que les opérations précédentes à la différence que l’on va mobiliser au moins une heure un groupe de deux voire trois personnes. On va tout d’abord vider intégralement la cellule sanitaire. Tout le matériel mobile doit être sorti.

Le brancard sera sorti pour faire l’objet d’une désinfection complète. La méthode des deux seaux ou sera mies en œuvre. A défaut l’utilisation d’un spray détergent désinfectant pourra être utilisée. Le produit utilisé doit rester en contact suffisamment longtemps pour être le plus efficace possible. Comme déjà précisé, un mauvais taux de dilution en trop ou en moins baisse également son efficacité. On veillera à utiliser des gants à usage unique qui seront donc jetés dès la fin de l’activité. L’entretien débute par un travail de nettoyage des tiroirs et placards. On continue avec les appareils fixes puis par les parois et enfin le sol. La cabine de conduite devra également être intégralement désinfecté.

Tout doit être désinfecté. Pas une zone ne doit être oubliée. Une fois le balayage humide réalisé, une opération de désinfection par brumisateur peut être mise en œuvre. La technique du brumisateur pulvérise un désinfectant après un nettoyage complet de l'ambulance et de ses surfaces. Le brumisateur est installé dans l’ambulance en respectant les consignes du fabricant. La brumisation est lancée en respectant le temps indiqué pour une meilleure efficacité. Les portes doivent être fermées. Veillez à ne pas rester dans le véhicule. Une fois l’opération terminée, la cellule doit être aérée. Les produits utilisés pouvant être nocifs, Il ne faut pas les respirer. L'opération de brumisation est souvent réalisé par le biais d'une "coccinelle" (voir description ci-dessous).

Pendant l’aération on occupe son temps à nettoyer les éléments sortis de la cellule avant rangement dans leurs tiroirs ou placard dédiés. On en profite pour effectuer une vérification du bon fonctionnement des matériels, des dates de péremptions. La brumisation se fait après un transport de patient en isolement et une fois tous les quinze jours de manière systématique.

Utilisation d'une coccinelle

La "coccinelle" est le nom du brumisateur dont l'allure fait penser au célèbre insecte. Il est notamment utilisé par les ambulanciers pour réaliser la décontamination aérienne. La machine pulvérise des millions de micro-gouttelettes sur l'ensemble des surfaces ciblées. Une fois l'opération de pulvérisation achevée, il faut laisser le produit agir 20 minutes. Il faut ensuite aérer l’habitacle pendant au moins une demi-heure.

coccinelle pour désinfecter les ambulances

Nettoyage du matériel de secours

Le matériel doit être plonger dans le liquide désinfectant pendant 30 minutes.
Pendant ce temps on brosse l'ensembles des accessoires en n'oubliant pas les zones peu accessibles quitte à démonter certaines pièces. Dans les tubes, il faut utiliser un écouvillon pour nettoyer convenablement.

Ensuite, il faut rincer puis sécher les pièces et enfin ranger le matériel à l'abri de la poussière.

A la fin le liquide est jeté, le bac est nettoyé puis séché. Pour les pièces fragiles ne supportant pas le trempage, il faut appliquer directement un détergent-désinfectant.

Pour finir, procédez au remontage des différentes pièces du matériel (comme la valve de l'insufflateur par exemple) en étant attentif au sens. Vérifiez ensuit le bon état de fonctionnement.

Les carnets de désinfection

Afin de combattre efficacement le développement des germes et garantir aux patients un service de qualité irréprochable, les procédures de nettoyage et de désinfection sont obligatoires. Elles doivent être suivies et tracées, notamment pour les opérations suivantes :
- protocole mis en œuvre entre chaque transport,
- protocole hebdomadaire de nettoyage et de désinfection complète,

- désinfection à la demande, avant le transport d'un patient fragile ou après le transport d'un patient signalé contagieux.

L'enregistrement chronologique de toutes les opérations de nettoyage et de désinfection doit être réalisé dans l'entreprise et conservé pour pouvoir être présenté en cas de contrôle des autorités compétentes (ARS) ou bien à la demande des prescripteurs voire des patients eux-mêmes.

La traçabilité de la désinfection est obligatoire. En l’absence de solution digitale permettant d’enregistrer les opérations réalisées, la présence et le remplissage du carnet de désinfection est obligatoire. Il est propre à chaque véhicule. Il contient la mention de chaque opération réalisée chaque jour. Les ARS sont habilitées à vérifier la traçabilité de ces opérations de désinfection.

La plateforme digitale vesuv vous permet de dématérialiser vos procédures de désinfection et d'assurer la traçabilité long terme des opérations réalisées.

Plus d'information sur ce lien : découvrir vesuv

Procédure spécifique COVID-19

Dans l'ambulance, afin d'éviter la contamination des équipements, il faut calfeutrer les tiroirs et les différents matériels. Il est également important de supprimer toute communication physique entre la cabine "soins" et la cabine "conduite".

Les ambulanciers doivent respecter une procédure stricte en matière d’équipement et de protection. Il faut commencer par revêtir :

  • une combinaison jetable
  • un masque
  • des gants
  • des lunettes de protection. 

Ensuite, à la fin de l'intervention, il faut éliminer les masques, gants et combinaisons. C'est la meilleure protection pour les professionnels et pour ceux qu'ils croisent quotidiennement.

Une fois chez le patient, l'ambulancier prend en charge le malade et l’installe dans l’ambulance. Afin de limiter les risques de contagion, il faut le faire si possible sans l’intervention du chauffeur et sans contact physique.

En arrivant à l'hôpital, l'ambulancier doit se débarrasser de sa combinaison. Le chauffeur doit désinfecter le véhicule dans le sas des urgences de l'hôpital. Au retour au poste de secours, l’ambulance subit une seconde opération de désinfection. Celui-ci reste indisponible en attendant la fin de cetter nouvelle désinfection. Des produits de désinfection bio, comme le Nocolyse à base de peroxyde peuvent être utilisés.

La-encore la "coccinelle" est utilisée pour vaporiser le produit désinfectant. Après une vingtaine de minutes, l’habitacle est aéré pendant une demi-heureLa durée totale de la procédure peut durer plus de deux heures.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK